Crédit immobilier : vers une hausse des taux d’intérêts

Résumé : Après de longues semaines d’arrêt, le secteur immobilier a enfin pu redémarrer et retrouver un semblant de normalité. Une reprise qui s’accompagne d’une hausse des taux de crédit immobilier.

Mauvaise nouvelle pour ceux qui souhaitent investir dans l’immobilier ! Selon l’étude mensuelle menée par Crédit Logement/CSA, les taux d’intérêts de crédit immobilier sont en nette hausse en mai par rapport à avril. En effet, alors qu’ils étaient en moyenne de 1,18% il y a deux mois, ils ont atteint 1,25% pour le mois dernier.

Les raisons de la hausse des taux

Malgré la bonne reprise des activités immobilières et la confiance des investisseurs, les banques craignent « une augmentation des risques et de l’incertitude » à l’approche d’une crise économique sans précédent. Les taux moyens de crédit immobilier s’établissent désormais à :

  • 1,07% sur 15 ans
  • 1,26% sur 20 ans
  • 1,51% sur 25 ans

Il est également recommandé aux banques de ne pas accorder de crédit dont la durée est supérieure à 25 ans et de refuser les dossiers dont le taux d’endettement dépasse les 33%.

Davantage de refus de prêt

À cause de l’augmentation des taux d’intérêts et des nouvelles directives des banques, on observe une augmentation du nombre de refus d’attribution de crédit immobilier. Ainsi, sur les cinq premiers mois de l’année, le taux de refus est passé de 5,4% à 6,6% des dossiers. De ce fait, bon nombre de personnes ne peuvent plus contracter de crédit immobilier et accéder à la propriété.

Les emprunteurs modestes sont d’autant plus exclus que l’on note une baisse du taux d’usure depuis le mois d’avril. Déterminé par la Banque de France, le taux d’usure ou TAEG(taux annuel effectif global) correspond au taux maximum légal que les banques sont autorisées à pratiquer au moment d’accorder un crédit.

Le TAEG atteint actuellement 2,51% sur 20 ans alors que les taux bancaires ont augmenté. Ainsi, les revenus les plus faibles se voient proposer des taux plus élevés, auxquels s’ajoutent l’assurance de prêt, les frais de garantie et de dossiers ce qui provoque un dépassement du taux d’usure et un refus du dossier.

Comme bien souvent, ce sont donc les foyers les plus modestes qui sont les plus impactés par la hausse des taux d’intérêts dans un contexte de crise économique et d’augmentation des prix de l’immobilier.

Pour en apprendre davantage, vous pouvez lire cet article de France Culture qui traite des conditions de crédit.

Le saviez-vous ?

Tous ces chiffres doivent être relativisés car l’activité est encore réduite. Le nombre de nouveaux crédits immobiliers a plongé de 40% au mois de mai.

Redactor

Written by Maxime

Mis à jour le 11 Juin, 2020