Les banques demandent un assouplissement des règles pour l’obtention d’un crédit immobilier

Depuis plusieurs années, les établissements bancaires pratiquaient des taux immobiliers totalement dérisoires, enregistrant les plus faibles taux d’intérêts pratiqués. À la fin de l’année 2019, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a mis en place des nouvelles règles pour limiter l’obtention d’un crédit. Néanmoins, la crise économique inhérente à la crise sanitaire a renversé la situation et aujourd’hui, les banques et les courtiers immobiliers souhaitent un assouplissement des règles instaurées l’année passée.

Crise du secteur immobilier : pourquoi les Français n’empruntent plus ?

À la fin de l’année 2019, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a renforcé les règles qui permettaient aux particuliers d’accéder au crédit immobilier.

  • Taux d’endettement de 33% au maximum
  • Durée maximale de l’emprunt fixée à 25 ans
  • Apport personnel plus élevé et calculé en fonction du capital emprunté

Ces nouvelles restrictions ont été décidées pour lutter contre la baisse des taux immobiliers et l’accession extrêmement facilitée pour obtenir un crédit immobilier. En effet, les taux d’intérêts flirtaient près des 1% ce qui a permis aux Français d’emprunter plus facilement.

Ces dernières années, le marché de l’immobilier a été extrêmement dynamique.

Aujourd’hui, la crise économique inhérente à l’immense crise sanitaire qui a secoué le monde entier a également entraîné une crise du secteur immobilier : les Français ne peuvent plus emprunter et les emprunteurs éprouvent des difficultés à honorer leurs mensualités.

Pourquoi le nombre d’emprunts contractés a baissé ?

Aujourd’hui, les Français empruntent plus difficilement. Au-delà des règles mises en place par le Haut Conseil de Stabilité Financière, la hausse des prix de l’immobilier et la baisse des revenus suite à la crise sanitaire ont participé à la baisse du nombre de crédits immobiliers contractés.

Un assouplissement des règles est-il envisageable ?

La crise économique et la baisse de la confiance dans l’avenir de l’économie sur le moyen terme ont mené à une baisse généralisée des emprunts immobiliers qui a entraîné une crise du secteur immobilier.

Attention !

Aujourd’hui, 32% des emprunteurs déclarent des difficultés pour rembourser leur crédit immobilier.

La crise économique n’est pas la seule responsable de la crise de l’immobilier. Dans l’objectif de relancer l’économie et la machine du crédit immobilier, les établissements bancaires et les courtiers immobiliers souhaitent un assouplissement des conditions d’obtention d’un prêt immobilier.

Un assouplissement des règles fixées par le Haut Conseil de Stabilité Financière pourrait permettre à une partie des Français d’emprunter plus facilement malgré la crise économique.

Les professionnels du secteur immobilier souhaitent un assouplissement du taux d’endettement des ménages, aujourd’hui fixé à 33% maximum. Les banques et les courtiers souhaitent la possibilité d’accorder un crédit immobilier avec un taux d’endettement supérieur à 33% dans le cas où le reste-à-vivre du ménage est assez suffisant.

Bon à savoir !

Le reste-à-vivre ne doit pas descendre sous la limite de 1.300 euros par mois.

Pour le moment, le Haut Conseil de la Stabilité Financière ne s’est pas exprimé par rapport à la demande des experts du secteur immobilier. Un retour en arrière est-il possible pour permettre un relancement de l’économie immobilière ?

Mis à jour le 10 Sep, 2021

redaction La rédaction de papernest - Crédit immobilier
Redactor

Alicia Cazaly

Rédactrice senior experte des sujets crédit immobilier