Lors d’une transaction immobilière, le vendeur doit fournir plusieurs diagnostics relatifs à son bien, et réalisés par un professionnel diagnostiqueur afin d’attester que son bien est sain (ces diagnostics peuvent également être requis lors d’un contrat de location).

Chaque aspect du bien est donc vérifié, afin d’informer de son état général. Cela peut être également utile pour le vendeur, qui sera assuré que l’acquéreur ne peut pas le poursuivre après la vente pour vice caché !

En tout, il existe 9 diagnostics immobiliers, réunis dans ce que l’on nomme le DDT (Dossier de Diagnostics Techniques) et qui doit être fourni au notaire lors de la conclusion de la vente. Sur ces 9 diagnostics, qui ne sont pas tous obligatoires bien entendu, nous avons fait une sélection des quatre plus courants. Il faut savoir que les diagnostics que vous devrez impérativement effectuer vont dépendre de la zone, de l’ancienneté et de la configuration de votre logement.

Les prix des diagnostics sont fixés librement par les professionnels, ce qui signifie que vous devez bien vous renseigner avant d’enclencher les démarches.

  1. Le diagnostic de Performance Energétique (DPE) : Celui-ci est invariablement nécessaire depuis l’application de la Direction pour la Performance Energétique des bâtiments votée par l’Union Européenne lors du protocole de Kyoto. Ce diagnostic permet d’évaluer la consommation d’énergie du logement ou du bâtiment et son impact en terme d’émissions de gaz à effet de serre. Il est généralement facturé 120 €, mais la fourchette va de 90 à 200 € selon la taille et l’ancienneté de votre logement.
  2. Le Constat de risque d’exposition au plomb : il concerne les bâtiments les plus anciens, datant de l’époque où certaines peintures murales pouvaient contenir du plomb. Ce diagnostic est plus cher car les spécialistes se livrent à un travail minutieux afin de vérifier que les peintures murales ne contiennent pas de trace toxique. Le prix varie également en fonction du nombre de mètres carrés, entre 130 et 300 euros.
  3. Le diagnostic loi Carrez : il s’agit du mesurage de la surface exacte des parties privatives des biens inclus dans une copropriété (appartement, local, maison). Il est facturé entre 70 et 150 euros selon le nombre de pièces
  4. Le diagnostic Termites : ces insectes qui vivent en colonie, se nourrissent de bois et détruisent les charpentes de l’intérieur, sans trace. Il est donc indispensable d’effectuer ce diagnostic avant d’acheter un bien. Le diagnostiqueur devra examiner le bien et ses alentours (dans un rayon de 10 mètres). Sa fourchette est généralement comprise entre 100 et 150 euros.

Besoin de plus d’informations sur les diagnostics immobiliers ? Le guide de l’immobilier élaboré par l’agence immobilière nouvelle génération, Proprioo vous donnera tous les renseignements dont vous avez besoin 😉

Commentaires

bright star bright star bright star bright star grey star

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis, cliquez ici.