Vous le savez sûrement, depuis le 8 mars 2015, chaque logement doit être équipé d’un détecteur de fumée DAAF (détecteur avertisseur autonome de fumée). Comment installer votre détecteur, pourquoi, que risquez-vous si vous ne l’installez pas ?

A savoir : vous devez avoir acheté ou réservé votre détecteur de fumée avant le 8 mars 2015, cependant, vous disposez d’encore quelques mois (jusqu’au 1er janvier 2016) pour l’installer dans votre logement. Vérifiez bien que votre détecteur comporte la mention CE et respecte la norme NF EN 14604. Comptez entre 15 et 25€ selon l’autonomie de votre détecteur.

Tous les logements sont concernés par cette obligation, sans exception. C’est au propriétaire de s’occuper de cette démarche, mais le locataire est en charge de l’entretien de l’appareil (nettoyage, changement des piles). Sachez également que si votre logement comporte plusieurs étages, chaque étage doit comporter son propre détecteur.

La présence d’un détecteur de fumée fonctionnel dans votre logement peut être vérifiée uniquement au moment d’un état des lieux, c’est-à-dire lors de votre déménagement ou de l’emménagement de nouveaux locataires dans votre logement.

Vous devez installer votre détecteur au niveau des couloirs desservant les chambres, et éviter de l’installer près de la cuisine et de la salle de bain, zones de “vapeurs” pouvant déclencher le détecteur.

Afin d’obtenir une prime de risque auprès de votre assurance, veillez à fournir à ce dernier une attestation de détecteur de fumée.

Bien qu’aucune sanction ne soit encore prévue en cas de non-installation de détecteur, vous avez tout intérêt à installer un détecteur de fumée chez vous. En France, un incendie se déclare toutes les 2 minutes. Les mesures d’installation obligatoire de détecteurs ont permis de réduire de moitié le nombre de décès causés par les incendies en Grande-Bretagne. C’est une vraie sécurité, pour vous, et pour les autres.

Commentaires

bright star bright star bright star bright star grey star

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis, cliquez ici.