Acheter un appartement ou une maison, c’est le projet de toute une vie ! Et vous ne croyez pas si bien lire : en plus d’être un objectif pour nombre d’entre nous, c’est aussi une aventure qu’il faut anticiper et planifier. Parmi les choses auxquelles il faut penser avant d’acheter, le financement occupe une place de choix. Si comme la très grande majorité des français vous prévoyez de contracter un prêt immobilier, il faudra, afin de pouvoir mieux le négocier, se constituer d’abord un apport.

L’apport personnel est la somme d’argent que l’emprunteur investit dans son projet d’achat en complément de l’emprunt. Il s’exprime en pourcentage de la somme totale du bien que vous prévoyez d’acheter. Cet apport est primordial puisqu’en fonction de son montant, il permet à l’organisme de financement (le fameux banquier !) d’évaluer les risques qu’il prend en vous prêtant de l’argent.

Quel montant d’apport personnel prévoir ?

En règle générale, plus votre apport est élevé, plus vous serez en capacité négocier un bon taux auprès du prêteur. Dans le contexte actuel de taux d’emprunt très bas toutefois, il est important de négocier avec votre banquier pour réduire au maximum la part d’apport personnel que vous injecterez dans la transaction. En effet, l’achat immobilier présente ce rare avantage de permettre d’investir de l’argent qui ne vous appartient pas, il ne faut donc pas s’en priver ! Cependant, il est rare que la banque accepte de prêter pour la totalité, et encore plus pour les frais de notaire et les travaux. Difficile donc d’estimer combien il vous faudra prévoir, mais sachez au moins que les frais de notaires s’élèvent déjà à 7 ou 8% du montant d’achat.

Comment se constituer cet apport personnel ?

Selon toute vraisemblance, vous n’échapperez donc pas à la nécessité de vous constituer un apport. Il faut donc y réfléchir dès à présent, même si vous prévoyez d’acheter dans quelques années. S’y prendre à l’avance présente un avantage certain : vous allez avoir le temps de faire fructifier votre épargne, en l’investissant dans des placements rémunérateurs.
Afin de choisir le placement le plus adapté à votre situation, il est important que vous estimiez l’horizon de temps qui vous sépare de l’acte d’achat. Si vous pensez acheter dans l’année qui vient, ne prenez aucun risque avec votre épargne : laissez-là sur des livrets sécurisés qui certes, ne vous rapporterons pas grand chose, mais qui dans le même temps ne vous feront rien perdre. A partir de deux ans, il peut être intéressant de se pencher sur les assurances-vie composées faiblement en unités de compte (actions, obligations, etc.). Votre argent rapportera plus qu’un livret, et le risque encouru sera limité. Dans l’ensemble, plus votre investissement est sur du long terme, plus vous pouvez vous permettre de vous exposer en actions : il y a aura sans doute des fluctuations, mais la tendance des marchés est globalement haussière. D’où l’importance de bien déterminer votre horizon d’achat : si vous prévoyez d’acheter dans 5 ans, il faut que votre investissement soit suffisamment bien calibré pour que votre épargne ait fructifié au moment où vous aurez besoin de votre argent. Nous sommes d’accord, plus facile à dire qu’à faire ; commencez par faire une simulation d’assurance-vie sur un site de conseiller financier en ligne. Ces simulations sont gratuites et sont un bon point de départ avant d’envisager un investissement financier. Et n’oubliez pas votre objectif : devenir propriétaire de votre logement !

Commentaires

bright star bright star bright star bright star grey star

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis, cliquez ici.