Selon une étude Financement Participatif France, 41 % des Français interrogés souhaitent commencer à investir dans les énergies renouvelables, ou continuer à le faire. Ainsi, cette tendance de fond fait réellement décoller le secteur du financement participatif lié aux énergies renouvelables. Comment ce mode de financement contribue-t-il au développement de l’électricité verte en France ? Tour d’horizon.

Qu’est-ce que le financement participatif ?

Le financement participatif, aussi appelé financement par la foule ou crowdfunding, permet à des porteurs de projets d’atteindre leurs objectifs de financement en faisant appel à une communauté d’internautes. En réalité, il y a différents types de financement participatif, répondant à des besoins divers.

Le crowdlending est un type de financement participatif. Il s’agit de prêt participatif. Ainsi, vous investissez dans des entreprises en recherche de financement, sous forme de prêt. En échange, ces entreprises vous versent des intérêts. Le crowdlending est donc un placement financier. Il touche des secteurs divers : immobilier, petites entreprises, mais aussi énergies renouvelables.

Ce produit d’épargne attire un produit de plus en plus large, notamment grâce à des taux d’intérêt bruts annuels compris entre 3 % et 10 %, variant selon les secteurs et les niveaux de risques. Attention toutefois à respecter une règle élémentaire de l’épargne : ne placez pas toute votre épargne dans un seul placement car un risque de perte en capital existe.

En 2019, le secteur du financement participatif dans son ensemble a collecté 629 millions d’euros. Ceci représente une croissance de 56 % par rapport à 2018. Comment expliquer cette forte croissance ? De nombreuses plateformes se développent, qu’elles soient généralistes ou spécialisées sur un secteur précis. Le prêt participatif est le véritable chef de file du financement participatif, pesant pour plus de 500 millions d’euros dans le montant total collecté.

Le besoin de financement de la transition énergétique

Pour que la transition énergétique puisse avoir lieu, des fonds importants sont nécessaires. En effet, des investissements conséquents sont nécessaires pour passer à un mode de consommation d’énergie plus verte. On aurait besoin de plusieurs dizaines de millions d’euros par an d’investissement pour atteindre les objectifs qui ont été fixés par la loi énergétique pour la croissance verte de 2015. Une somme pas forcément aisée à réunir.

Début 2019, les pouvoirs publics ont dévoilé la PPE, la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie. De quoi s’agit-il ? Ce document définit les lignes directrices de la politique énergétique française pour les 10 années à venir. Le but est alors d’atteindre nos objectifs environnementaux, dont la neutralité carbone à l’horizon 2050. Pour que ce soit le cas, il faut donc profondément revoir notre façon de produire et de consommer de l’énergie.

Certains axes de la transition énergétique requièrent des financements particulièrement conséquents. Il faut mettre en place de nouvelles solutions de production d’énergie utilisant des sources renouvelables comme les centrales solaires ou éoliennes. Pour respecter les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, il faut doubler la capacité installée d’énergies renouvelables électriques entre 2017 et 2028. Ceci demande plus de 223 milliards d’euros d’investissements. 

En France, le secteur du bâtiment représente 45 % de la consommation d’énergie. Ainsi, l’optimisation énergétique des logements est également essentielle pour que le secteur du logement pèse moins dans les émissions de gaz à effet de serre. Enfin, le secteur des transports a également de grands besoins en investissements pour se diriger vers une mobilité plus propre. La PPE a notamment acté l’arrêt de la vente de véhicules neufs qui émettent des gaz à effet de serre d’ici 2040.

Le financement participatif de la transition énergétique

Face à ces besoins importants de fonds, qui finance la transition énergétique ? Les pouvoirs publics sont des acteurs majeurs de ce financement, via des fonds dédiés et des aides notamment. Les entreprises y contribuent également grandement, même si elles sont également les plus grands pollueurs. Enfin, les ménages contribuent aussi à l’essor des énergies renouvelables. Selon une étude d’I4CE, ce sont même les Français qui sont les premiers contributeurs financiers de la transition énergétique.

Comment les ménages contribuent-ils à la transition énergétique ? Ils peuvent notamment effectuer une rénovation énergétique de leur logement. Mais ce n’est pas leur seul levier de financement. En effet, ils peuvent aussi investir directement dans des projets d’énergies renouvelables avec le financement participatif. 

Sur des plateformes comme Lendopolis, vous pouvez investir une partie de votre épargne dans des projets comme la construction de centrales solaires ou de parcs éoliens, par exemple. Les entreprises dans lesquelles vous investissez sont aussi financées en grande partie par des banques, mais elles font le choix de partager une partie des retombées économiques de leurs projets avec les particuliers. Le but de cette démarche est notamment de permettre aux Français de devenir acteurs de la transition énergétique. 

Les pouvoirs publics encouragent fortement l’utilisation du financement participatif pour les projets d’énergies renouvelables. Ainsi, ils ont mis en place un tarif préférentiel de rachat de l’énergie produite pour les entreprises qui réalisent une campagne de financement participatif. Les porteurs de projets bénéficient alors d’un bonus de 3 € par MWh produit. Cette politique d’incitation porte ses fruits : le financement participatif des énergies renouvelables connaît une forte croissance.

Financement participatif et électricité verte

Sur les plateformes de financement participatif, les projets présentés encouragent fortement le développement de l’énergie verte. En effet, une grande partie des projets présentés visent à financer le développement de l’énergie solaire photovoltaïque. Il peut s’agir de centrales solaires au sol ou de centrales solaires sur toiture, par exemple.

Ces centrales solaires permettent de produire une électricité plus propre. En investissant, les citoyens deviennent alors acteurs du développement de l’électricité verte et de la transition énergétique. Une tendance qui devrait se développer toujours plus vite à mesure que la prise de conscience environnementale prend de l’ampleur.

Commentaires

bright star bright star bright star bright star grey star

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis, cliquez ici.