Les 5 choses à savoir pour réussir votre achat en loi Pinel

La loi Pinel permet une diminution d’impôt sur le revenu pour ceux qui se lancent dans l’investissement locatif neuf. La loi de finances 2020 a prolongé le maintien du dispositif jusqu’au 31 décembre 2021. Ainsi cette année, malgré la crise sanitaire, elle va permettre à des ménages français d’investir et d’acquérir de nouveaux actifs immobiliers. Pour y parvenir, voici 5 choses à savoir.

1. La définition d’un budget

Il vous faudra définir un budget afin d’identifier le type de bien immobilier qui correspond à vos besoins et vos ressources. La somme consacrée mensuellement, vous permettra d’avoir une idée précise du type d’actif et de la zone géographique à viser. Une fois votre projet d’investissement locatif clairement défini, vous devez contacter les établissements bancaires ou un conseiller afin de monter un plan de financement. La capacité d’endettement demeure un point essentiel lors de la contraction d’un crédit immobilier. Elle détermine votre capacité à régler les mensualités selon vos revenus et vos charges. Plus elle est importante, plus la somme empruntée sera conséquente.

2. L’emplacement du projet est capital

Depuis le 1er janvier 2018, seules les zones A, A bis (Paris et sa banlieue) et B1 (la plupart des métropoles françaises) sont éligibles. Une fois la ville identifiée, il faudra étudier le quartier. Dans l’immobilier, la localisation reste un élément crucial dans le choix de son logement. Au moment d’acquérir un actif immobilier, l’investisseur doit donc immédiatement considérer la présence de commerces de proximité, d’espaces verts, de réseaux de transports en commun et de services publics scolaires. Il s’agit d’éléments importants afin de valoriser l’actif immobilier et réduire le risque de vacance locative. 

3. Connaître le dispositif sur le bout des doigts.

Cela inclut notamment une parfaite maîtrise du calendrier fiscal. Concrètement, le propriétaire s’engage sur une durée initiale de location de 6 ou 9 ans, prorogeable jusqu’à 12 ans. Le bénéfice fiscal augmente et se réparti sur toute la durée d’engagement, dans la limite d’un plafond global de 300 000 euros. La loi Pinel impose de louer à des locataires dont les revenus ne doivent pas dépasser certains plafonds de ressources.

4. Pas que pour défiscaliser

Bien que le dispositif de loi Pinel permette une réduction d’impôts, ce serait une erreur de se concentrer uniquement sur cet aspect du programme. Il faut également veiller à ce que l’investissement locatif génère des revenus. Pour ce faire, il suffit de calculer le rendement locatif, c’est à dire, comparer l’investissement effectué et les loyers perçus annuellement. Le pourcentage obtenu se trouve habituellement entre 2 et 10 %. Plus le taux est élevé, plus l’investissement devient rentable. Un point pertinent qui complémente parfaitement le bénéfice fiscal lié au Pinel.

5. Faire appel à un professionnel de l’immobilier

Avant de foncer tête baissée sur un tel projet, il est conseillé de s’assurer tout d’abord de sa solidité. N’hésitez pas à faire appel à un expert du milieu. Un courtier ou conseiller en gestion de patrimoine serait idéal en ce sens.

Posté par Louis Daval

papernest utilise des cookies pour personnaliser votre expérience utilisateur et mesurer la performance de ses sites et de son app. En poursuivant votre navigation, vous consentez au dépôt de ces cookies sur votre navigateur tout au long de votre parcours de souscription. Pour plus d’information et/ou paramétrer vos cookies, cliquez ici.