Vous envisagez de faire des travaux de rénovation chez vous ? Qu’il s’agisse d’une rénovation complète ou d’une simple réfection de la toiture, avant de vous lancer dans de gros travaux, il convient de commencer par examiner en détail le projet, la nature des travaux, sa durée, les besoins en matériaux ainsi que le coût du chantier. Comment optimiser vos chantiers de rénovation en termes de temps et d’argent ?

Bien définir la nature des travaux à effectuer

 

De la nature des travaux à effectuer va dépendre sa classification énergétique (A,B,C, etc). Il est donc capital avant d’entamer les travaux d’établir un état des lieux de la maison en faisant réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) par un professionnel. Si vous souhaitez mettre votre logement aux normes BBC (Bâtiment Basse Consommation), votre chantier sera plus long et coûteux, mais en matière d’économies d’énergie, le jeu en vaut la chandelle : la consommation énergétique primaire est inférieur à 80 kWhep/m²/an.

À vous de décider la classe énergétique que vous souhaitez (et pouvez) atteindre en fonction de votre budget et du degré d’investissement que vous pouvez vous permettre en terme de durée.
Pour plus de conseils, vous pouvez contacter : http://www.1000tyservices.fr/

 

Prendre connaissance des aides disponibles

 

L’éco-rénovation est un concept qui tend à séduire de plus en plus de consommateurs, pour des questions d’économies d’énergie ou de confort thermique (notez que les deux sont souvent complémentaires). Cela étant, bon nombre d’entre eux changent subitement d’avis au moment de recevoir leur devis… Et pour cause : pour un chantier partant de l’étiquette G et visant l’étiquette énergétique D (la plus attribuée en France), autour de 160 kWh/m2.an, comptez de 12 000 à 30 000 €  soit 200 à 300 €/m2 de surface habitable. Fort heureusement, des aides existent qui permettent aux propriétaires de réduire efficacement le coût des travaux :

 

  • Le Crédit d’Impôt sur la Transition Énergétique (CITE) très avantageux car il n’est pas soumis à un plafond de revenus ;
  • D’une TVA réduite
  • D’une prime versée par les fournisseurs d’énergie (Certificats d’Économie Énergie CEE) qui sont des primes énergies
  • D’un écoprêt à taux zéro (éco-PTZ)
  • Des aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat)
  • Des aides régionales, locales

Bien s’informer sur les formalités à remplir

 

Comme pour beaucoup de choses en France (presque tout, en fait), un certain nombre de démarches administratives sont obligatoires lorsque vous entreprenez des travaux de rénovation chez vous. S’il s’agit de petits travaux, comme un ravalement de façade, transformer vos combles perdus en combles habités, transformer une fenetre en porte, ou aménagement le garage en pièce à vivre, il vous suffit d’en faire la déclaration en mairie.


Lorsque les travaux impliquent une extension de plus de 20 m de la surface de plancher ou de l’emprise au sol comme la construction d’une véranda ou la transformation d’une terrasse en pièce fermée, les choses se corsent. Même chose si vous modifiez le volume d’un bâtiment, sa façade ou si vous changez la destination des locaux. Il vous faudra demander un permis de construire. Si au contraire vos travaux impliquent de détruire tout ou partie d’un bâtiment, c’est un permis de démolir qu’il vous faudra.

 

Commentaires

bright star bright star bright star bright star grey star

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis, cliquez ici.