Etat des lieux : les arnaques à ne pas louper

L’état des lieux est toujours une épreuve stressante car les enjeux peuvent s’avérer coûteux. De plus en plus d’étudiants sont victimes d’arnaques lors de l’état des lieux causés par des particuliers ou des agences immobilières. Pour éviter de vous retrouver dans une situation délicate, suivez ce guide pour vivre un bon état des lieux.

 

L’état des lieux est devenu un acte légal depuis le décret de la loi ALUR en 2014. Il est donc de la responsabilité du propriétaire ou de l’agent immobilier d’exécuter l’état des lieux en suivants les règlements. Tout d’abord, prenez le temps d’examiner minutieusement toutes les pièces une à une, et ce, quelle que soit la taille du logement. Vous devrez absolument tout vérifier : sol, plafond, murs, placards, portes, serrures, fenêtres, équipements électriques (les prises électriques par exemple), réfrigérateur, hotte, plaques de cuisson, sanitaires (lavabo, WC), cheminée et chauffage. N’hésitez pas à passer derrière votre propriétaire ou le représentant de celui-ci pour vérifier ce qui a été mentionné. Vous avez également le droit de prendre des photos pour prouver ce que vous avez vu ou pour vous protéger en cas de litige.

 

S’il y a une mention de l’état des façades, du sol ou de la peinture, il faut que la mention soit la plus précise possible pour que vous soyez tous les deux d’accord de l’interprétation de la mention. Vous avez le droit d’ouvrir les robinets, de tirer la chasse d’eau ou de laisser couler l’eau des diverses arrivées pour vous assurer qu’il n’y ait pas de fuites ou de remontée des canalisations qui sont signe d’un problème de plomberie.

N’oubliez pas de tester chaque interrupteur si tous les plafonniers fonctionnent et qu’il n’y a pas de faux contact ou si les abats jours et/ou les protections de spots et luminaires suspendus sont en bon état. Pensez également à relever les compteurs de gaz et d’électricité pour être à jour avec votre contrat d’énergie.

 

Il est important que vous releviez toutes les tâches, cassures, fissures, peinture écaillée et l’état des joints dans la salle de bain et dans la cuisine. Ce sont des rénovations qui peuvent vous coûter cher à l’état des lieux de sortie et qui sont normalement à la charge du propriétaire si vous n’avez pas abîmé les lieux. Attention aux traces suspectes, s’il s’agit de remontées capillaires dues à l’humidité, il est essentiel que vous fassiez part de ce problème au propriétaire. Si l’humidité n’est pas remarquée à l’état des lieux, vous aurez la responsabilité de faire tous les traitements anti-moisissures requis.

Finalement, à moins de payer l’agent immobilier au tarif réglementé de 3€ TCC/m², il est strictement illégal de faire payer l’état des lieux d’entrée ou de sortie.

Article rédigé par Marie Charbonnier