Crédit immobilier : quelles sont les conséquences des taux bas ?

Qui, il y a encore quelques années aurait pu envisager des conditions d’emprunt aussi favorables ? Le mois de septembre est celui de tous les records ! Sur 20 ans qui est la durée moyenne d’un crédit immobilier, il est possible d’obtenir un taux d’intérêt de 0,93% pour les meilleurs profils, et de 1,15% en moyenne. Si l’on regarde sur 15 ans, le taux moyen descend sous les 1% et atteint 0,97%. 

Ces taux extrêmement faibles s’expliquent par la volonté de la BCE de relancer la croissance des pays européens. Elle applique alors un taux directeur faible afin que les banques puissent elles-mêmes proposer des conditions de crédit avantageuses. Ces taux bas traduisent donc une conjoncture économique plutôt morose qu’il est essentiel de dynamiser. 

Les emprunteurs sont les grands gagnants

Bien évidemment, les plus heureux de ces conditions exceptionnelles sont les emprunteurs immobiliers. Jamais un prêt immobilier n’a coûté aussi peu cher. Les économies réalisées sont alors très importantes. 

L’accès au prêt immobilier est donc grandement facilité. Des ménages aux revenus plus modestes qui étaient locataires peuvent désormais devenir propriétaires de leur résidence principale. D’ordinaire, la seule solution pour ces ménages d’acquérir leur logement était d’emprunter sur des durées très longues, 25 voire 30 ans. Néanmoins, une durée de prêt plus longue équivaut à un taux de crédit immobilier plus élevé. Les conditions actuelles limitent alors l’endettement de ces ménages qui financent leur acquisition en réduisant fortement le coût du crédit. 

La compétition entre les banques devrait continuer à favoriser les emprunteurs. En cherchant à être plus compétitives pour satisfaire leurs clients, les banques baissent leurs taux pour le plus grand bonheur des particuliers. 

Les banques sont-elles perdantes ?

Les banques françaises comptent fortement sur la distribution de produits financiers (prêt immobilier, assurance emprunteur) pour réaliser leur chiffre d’affaire. Or les taux d’intérêts très bas ne leur permettent pas toujours de réaliser une marge conséquente, comme elles avaient l’habitude de le faire. C’est d’autant plus problématique que la situation actuelle devrait se poursuivre durant quelques temps encore. 

Le crédit immobilier représente alors aujourd’hui un moyen de capter de nouveaux clients et notamment de jeunes ménages qui accèdent à la propriété. Les banques comptent sur des conditions attractives pour les fidéliser et leur vendre d’autres produits. 

Vous l’aurez compris, les grands bénéficiaires de cette conjoncture sont les particuliers qui empruntent. Si vous hésitiez encore à vous lancer dans ce beau moment de vie, c’est le moment, au risque de le regretter dans quelques années !

Posté par Marvyn Delaporte

papernest utilise des cookies pour personnaliser votre expérience utilisateur et mesurer la performance de ses sites et de son app. En poursuivant votre navigation, vous consentez au dépôt de ces cookies sur votre navigateur tout au long de votre parcours de souscription. Pour plus d’information et/ou paramétrer vos cookies, cliquez ici.