La domotique au service des économies d’énergie

Si les années 2000 ont été marquées à tout jamais par la démocratisation d’Internet, celles 2010 le sont elles par l’essor des nouvelles technologies comme la domotique. En effet, l’intelligence artificielle auparavant utilisée dans les domaines professionnels ou militaire s’est aujourd’hui fait une place de choix chez les particuliers. Et pour cause, elle leur permet d’améliorer leur confort de vie tout en faisant des économies, d’énergie notamment. On vous en dit un peu plus dans l’article ci-dessous.

 

Tout d’abord, qu’est ce que la domotique ?

 

La domotique est une technologie fondée sur le principe de smarthome, littéralement “maison intelligente” pouvant se définir comme la synergie des différentes technologies aussi bien informatiques, électroniques et de télécommunication qui permettent la gestion à distance et ce de façon centralisée du contrôle des performances énergétiques d’un logement. Concrètement une maison intelligente dotée d’une installation domotique se caractérise par la possibilité de gérer le degré de chauffage des différentes pièces, l’optimisation de l’éclairage et l’activation des systèmes de sécurité soit par le biais d’une automatisation préalable, soit par contrôle humain via un écran en particulier qu’il s’agisse d’un smartphone, d’un ordinateur ou d’une tablette. Cette technologie est aujourd’hui présente chez une clientèle de particuliers mais également dans les lieux et bâtiments publics.

 

Une réduction de sa facture de chauffage de 15 %

 

Lors d’une souscription à un contrat en fourniture d’énergie (électricité et/ou gaz naturel), le fournisseur choisi établit normalement, sur la base d’une simulation, une échelle de votre consommation énergétique pour votre logement sur laquelle il se base pour établir votre mensualisation. Seulement aujourd’hui, ces estimations réalisées par les fournisseurs ont tendance à sous-estimer l’apport de la domotique sur la diminution de consommation  dans certains logements de particuliers.  

En effet, cette nouvelle technologie permet aujourd’hui d’importantes économies de chauffage, l’intelligence artificielle qui la caractérise permettant en effet d’organiser la variation de la température et la répartition de celle-ci dans chaque pièce de votre logement et ce en fonction de la température extérieure, mais également de l’heure de la journée et du nombre de personnes présentes sur place. De la même façon, la domotique permet l’été de réguler l’usage de la climatisation en fonction de l’heure de la journée et/ou de la nuit et du nombre de personnes présent dans la maison (ou appartement). Et ne vous y trompez pas, il suffit parfois de diminuer la température d’une pièce d’un ou deux degrés seulement en journée pour réaliser jusqu’à 15% d’économie d’énergie, une constatation qui se retrouve sur votre facture d’électricité et/ou de gaz à la fin du mois.

 

Une automatisation des éclairages en faveur d’économies d’énergie

 

On ne s’en rend pas forcément compte au quotidien, mais l’utilisation d’éclairages en tout genre et ce peu importe l’heure de la journée, est à l’origine d’un important gaspillage d’électricité (20 % de la consommation électrique d’un ménage). En conséquence, il est important d’apprendre à y faire attention et à le maîtriser, un geste important en vue de réaliser des économies d’énergies, là encore permis par la domotique. En effet, l’intelligence artificielle peut là aussi jouer son rôle comme par exemple lorsqu’il s’agit de réduire des surplus de consommation comme l’énergie utilisée par les appareils en veille. On estime d’ailleurs que ce mode activé sur une télévision, une enceinte ou même un ordinateur correspondent à 11% de la consommation totale d’électricité au sein d’un foyer. Là encore, la domotique permet de réduire ce surplus de consommation en éteignant les appareils à distance. Une bonne façon de se simplifier puisque toutes les fonctions sont accessibles depuis votre smartphone ou tablette, le tout en réalisant ses premières économies sur les factures énergétiques habituelles. Alors, convaincu ?

 

.

 

Article rédigé par Marion Le Floch