Zoom sur l’art de l’artiste peintre Ofil

À travers les différents médiums qu’offre l’art, il est possible d’exprimer mille et une choses. Que ce soit le cinéma, la littérature, la sculpture, la musique et bien d’autres domaines, chacun permet de s’exprimer selon des façons propres à chaque artiste et il est parfois bon de se plonger dans le travail d’un plasticien pour mieux en comprendre l’expression et la fantaisie. Aujourd’hui, c’est l’artiste peintre Ofil, et ses peintures ancrées dans le territoire breton, que l’on souhaite mettre en lumière via cet article.

Olivier Filleul dit “Ofil“

Olivier Filleul né en 1965 en Normandie, dans le département de Seine-Maritime. Fils de deux professeurs d’arts plastiques et petit-fils d’artistes émérites, Olivier Filleul baigne très tôt dans un environnement où l’art occupe une place prépondérante.

Pourtant, c’est tout d’abord vers la gestion et l’immobilier que se tourne Olivier Filleul en pratiquant le métier de gestionnaire de copropriétés à Paris jusqu’en 2009, avant de se tourner vers la peinture et de devenir un peintre professionnel dès 2010.

Prenant le pseudonyme de “Ofil”, Olivier affirme que c’est la colère de voir la nature bretonne malmenée qui l’a poussé vers cette vocation. Un élan spontané qui se perçoit encore aujourd’hui à travers les œuvres de l’artiste qui entend bien témoigner de la fragilité du paysage breton, tout en rendant hommage à sa beauté si caractéristique.

Rendre grâce à la Bretagne

J’aime la Bretagne, j’y trouve le sauvage, le primitif. Quand mes sabots résonnent sur ce sol de granit, j’entends le son sourd, mat et puissant que je cherche en peinture.

C’est en ces mots que Paul Gauguin témoignait de toute l’affection qu’il portait à la Bretagne.

Rien d’étonnant si ce territoire, qui a inspiré bien des artistes au fil des années, a su séduire Ofil, au point que ce dernier cherche à rendre grâce à ces paysages dans chacune de ses peintures.

De la chaumière bretonne en ruine, aux marins s’élançant sur la route du Rhum en passant par les lourds nuages chargés de pluie cédant leur place aux rayons du soleil, tout ici évoque la puissance des paysages celtiques, mais également leur fragilité.

Car si la peinture d’Ofil nous montre que la Bretagne est éclatante de vie, les œuvres de l’artiste nous alertent également sur le risque de voir ce territoire dépérir si l’Homme ne cesse pas de le malmener.

Opter pour la gouache

Avec les années, Ofil a su développer et perfectionner un style artistique qui lui est propre et qui repose sur l’utilisation de la gouache sur papier ou sur toile. Plus pigmentée et moins transparente que l’aquarelle, il faut reconnaître que la gouache permet de rendre tout son crédit à la puissance des couleurs de la campagne bretonne.

Outre le minutieux travail des couleurs, il faut reconnaître qu’Ofil a parfaitement compris comment jouer sur la texture de la gouache pour créer une impression de profondeur authentique.

En effet, ce qui ne manquera pas de frapper le spectateur, c’est le grain des tableaux qui offre aux sujets un semblant de force et de dynamisme, toujours teinté d’une forme de fragilité.

Que vous soyez un néophyte ou un amateur aguerri, vous ne manquerez pas d’apprécier les œuvres d’Ofil ainsi que la tendresse qu’il prend pour peindre chaque paysage. Laissez-vous embarquer sans crainte dans ce voyage pictural au cœur de la Bretagne, dans tout ce qu’elle possède de plus authentique. Vous pouvez en découvrir davantage sur les peintures de l’artiste en vous rendant sur son site Internet à l’adresse : https://www.i-cac.fr/artiste/ofil-olivier-filleul-dit.html

Posté par Sami Maraï

papernest utilise des cookies pour personnaliser votre expérience utilisateur et mesurer la performance de ses sites et de son app. En poursuivant votre navigation, vous consentez au dépôt de ces cookies sur votre navigateur tout au long de votre parcours de souscription. Pour plus d’information et/ou paramétrer vos cookies, cliquez ici.